Expositions en ligne

La section Expositions online, créée pendant la période de fermeture du musée, propose un parcours détaillé à travers les histoires vidéo des conservateurs.

EXPOSITION Civis, Civitas, Civilitas

> Plan d'exposition

Un nouveau compte rendu vidéo de l'exposition Civis, Civitas, Civilitas. Depuis les Mercati di Traiano - Museo dei Fori Imperiali, la conservatrice Claudia Cecamore nous guide dans un voyage à travers les espaces et les bâtiments des villes de l'Empire grâce aux modèles en plâtre du Museo della Civiltà Romana.

Dans le cadre de l'exposition Civis Civitas Civilitas. Roma antica come modello di città, une série de conférences en ligne a été organisée pour illustrer différents aspects des typologies architecturales romaines, leur diffusion dans les territoires de l'Empire et leur signification politique et sociale.

La Rome antique comme modèle de ville. Espaces publics   
Claudia Cecamore et Lucia Cianciulli discutent des espaces publics dans la Rome antique, en mettant l'accent sur le forum de Pompéi.

Marbre et plâtre
Marina Milella décrit un voyage à travers l'Empire romain, en parlant des particularités de la décoration architecturale de certains monuments, avec des comparaisons intéressantes avec les modèles présentés dans l'exposition. Claudia Cecamore raconte la genèse variée de la collection qui a ensuite fait partie du Musée de la civilisation romaine.

La répartition des typologies architecturales au sein de l'Empire
Les nombreuses maquettes de l'exposition offrent la possibilité de positionner les types de monuments au sein d'une base de données géographique, restituée de manière "statique" le long du parcours par des cartes imprimées, et de manière interactive par le scan de QR codes. Dans la perspective d'un travail en cours, chaque typologie architecturale est enrichie en termes de quantité et de qualité d'informations pour les utilisateurs finaux, également dans une optique de collaboration en ligne. Sous la direction de Paolo Vigliarolo.

La mémoire dans la pierre
Mariapaola Del Moro parle de la valeur de la mémoire personnelle et familiale dans la société romaine, incarnée par le soin apporté à sa préservation par la construction de tombes monumentales, ou par son effacement par la damnatio memoriae.

Le Forum d'Auguste: un modèle pour les villes de l'Empire?
Pas une grande place, dominée par le gigantesque temple dédié au dieu de la guerre et de la vengeance, Mars Ultor, dans les portiques et les larges exèdres une "foule" de statues racontant les origines de Rome, son passé glorieux, les hommes qui l'ont rendue grande, ses fondateurs, Énée et Romulus, descendants de deux divinités, Mars et Vénus, se conjuguent pour magnifier le nouveau fondateur de Rome, Octave Auguste, qui laisse ainsi à ses contemporains un testament de marbres précieux en même temps que celui qu'il a lui-même rédigé, les fameuses Res Gestae. Les inscriptions présentent les hommes illustres et les triomphateurs qui accueillaient les citoyens convoqués pour juger les affaires civiles dans les grands tribunaux installés dans les portiques et les exèdres: la justice, véritable cœur administratif de l'empire, trouve dans le Forum son premier cadre public majestueux. Marbres polychromes brillants, ordres architecturaux novateurs, figures féminines sacrées alternant avec des têtes de divinités riches en pathos placées au centre de grands boucliers de marbre... Tout cela, et bien plus encore, était représenté dans l'espace public monumental qui allait devenir un modèle pour les villes de l'empire toujours plus grand: mais avec quelle signification et avec quelle "foule" représentée? Dans les mairies, grandes et petites, parfois apparemment perdues dans de vastes territoires? Édité par Lucrezia Ungaro.

Voyager avec les écrivains: l'empire de la ville dans les textes littéraires
À travers les yeux d'Orazio, d'Ovidio, de Tacito, de Dione Chrisostomo, d'Elio Aristide et de bien d'autres, nous avons suivi un itinéraire qui nous a montré quels bâtiments et monuments représentaient pour les intellectuels les fonctions sociales, culturelles, religieuses et idéologiques de la ville. Édité par Alessandra Balielo.

Les jeux de pouvoir. Agonisme et architecture de la conquête, de la romanisation au colonialisme
Simone Pastor illustre les particularités des jeux de gladiateurs dans un parcours chronologique qui va... Jusqu'à aujourd'hui. Si Rome a introduit la gladiature dans le cadre du processus de "romanisation", les puissances coloniales du siècle dernier ont imposé leurs coutumes par le biais de l'activité sportive. Loin d'être un simple jeu ou une activité récréative, le sport a toujours été la clé et l'élément constitutif de nombreuses sociétés anciennes et modernes et un aspect central de la mondialisation de la culture et de la résistance locale à celle-ci.

Le rôle du théâtre dans la Civitas
Spectacles, mécanismes scéniques, musique. Un dialogue à plusieurs voix sur les différents aspects du théâtre romain. La réception du modèle grec, les représentations, les mécanismes scéniques. Enfin... au théâtre avec les Romains: un essai d'archéologie musicale. Édité par Alessandra Balielo, Claudia Cecamore, Massimiliano Munzi, Paolo Vigliarolo.

Une journée aux bains
Architecture des thermes et rituels de bain chez les Romains Le mot "thermae", d'origine grecque et étymologiquement lié au concept de "chaleur", désignait dans le monde romain les grands bains publics qui étaient construits à côté de bains plus petits, le plus souvent privés. D'un point de vue architectural, les grands complexes de bains sont caractérisés par une expérimentation technique et constructive constante, qui, à Rome, se traduit par l'évolution du premier complexe construit par Agrippa dans le Champ de Mars à la fin du Ier siècle avant J.-C. jusqu'aux grands complexes de l'époque impériale ouverts aux masses. Au fil du temps, la fréquentation des thermes, où les fonctions hygiéniques et sanitaires s'accompagnaient d'activités complémentaires de socialisation et de culture, devint une nécessité quotidienne dont les échos nous sont parvenus non seulement à travers les nombreux monuments mais aussi à travers les paroles du philosophe Sénèque qui, dans un passage bien connu, décrit le bruit et la clameur causés par les nombreuses activités et la vie qui s'y déroulaient habituellement. Sous la direction de Stefania Fogagnolo.